header banner
Default

Pourquoi faut-il planter un arbre? Quel arbre choisir?


Pourquoi planter un arbre ? Et quel arbre planter ?

Il existe 1000 raisons pour décider de planter un arbre dans son jardin ou sur son terrain. D'ailleurs, les municipalités, voire l'Etat, vont parfois un peu loin dans la surenchère : le Président de la République, Emmanuel Macron, a dit vouloir en planter 1 milliard en dix ans…comme si les arbres étaient des pions au bout de piquets. Non, attention, planter un arbre doit s'inscrire dans une démarche plus globale tenant compte de la biodiversité existante, en choisissant des lieux appropriés, ainsi que des essences variées adaptées à l'évolution climatique, en veillant à ce que la spéculation sylvicole de replantation sur des coupes rases ne se développe pas puisque des subventions sont à la clé.

Commençons par nos jardins : même les jardins de taille modeste peuvent accueillir un arbre. Voyons voir les raisons pratiques, décoratives et écologiques qui doivent motiver vos choix de plantation d'arbre, puisque "à la sainte Catherine, tout bois prend racine" !

Un arbre est beau et utile dans un jardin

Assurément, un arbre dans un jardin coche la case esthétique surtout s'il est choisi pour ses qualités décoratives, avec un feuillage flamboyant à l'automne ou une écorce décorative avec des lenticelles, ou encore une production de fruits gourmands si vous préférez choisir des arbres fruitiers.

Bien évidemment, il va contribuer, avec les massifs et les allées, à créer de la structure, des volumes, de la hauteur : rien de plus triste qu'un terrain juste engazonné devant une maison ! D'ailleurs, une annonce immobilière mentionnant "parc arboré" affiche généralement un prix plus élevé qu'une maison similaire dans le même quartier qui ne compte pas d'arbres.

En outre, des arbres plantés dans un jardin peuvent contribuer à créer une certaine intimité en empêchant le regard des passants ou des voisins chez vous mais aussi en masquant un élément peu esthétique à l'horizon (une usine, une centrale nucléaire…). Ils peuvent aussi servir de protection contre le vent, voire des bruits alentours. Bref, les arbres contribuent à créer une sorte d'effet cocon…

Un arbre fait de l'ombre et améliore la qualité de l'air

Le soleil de l'été devient parfois beaucoup trop brûlant et étouffant pour se permettre de profiter de son extérieur, sauf à se poser à l'ombre d'un arbre comme le tilleul (Tilia) qui a tout pour plaire. Cette raison prime de plus en plus avec le réchauffement climatique : les îlots de fraicheur auxquels contribuent les arbres deviennent incontournables.

On parle souvent de l'effet climatiseur de l'arbre qui équivaudrait à 4 ou 5 climatiseurs grâce à l'évapotranspiration du feuillage, certes c'est un peu caricatural, mais il n'empêche que tout un chacun a bien pu constater un abaissement du thermomètre de 5 à 6 degrés en s'installant sous un arbre.

Outre un air plus frais, l'arbre contribue à assainir l'air que nous respirons. Les arbres absorbent le dioxyde de carbone (CO2) de l'air pendant le processus de photosynthèse, libèrent de l'oxygène et stockent le carbone. Ils absorbent également certains polluants atmosphériques tels que le dioxyde de soufre, l'ozone, et les oxydes d'azote.

Un arbre accompagne la biodiversité et protège l'environnement

Les arbres fournissent un habitat important pour de nombreuses espèces d'oiseaux, d'insectes pollinisateurs et d'autres auxiliaires bien utiles pour la lutte contre les nuisibles du jardin. Ils contribuent ainsi à la biodiversité de votre jardin en offrant un lieu de nidification, des baies pour leur alimentation, ou une cachette pour hiberner.

Par ailleurs, les racines des arbres aident à prévenir l'érosion du sol en maintenant sa structure et en absorbant l'excès d'eau. Les inondations qui se multiplient lors des épisodes de fortes pluies s'expliquent notamment par l'artificialisation des sols qui empêche toute infiltration de l'eau et favorise le ruissellement.

Choisir un feuillu permet de ratisser les feuilles mortes à l'automne pour enrichir le compost ou faire le meilleur paillis possible permettant d'améliorer la fertilité du sol, de nourrir les vers et tous les micro-organismes décomposeurs. Si vous préférez en faire un tas, vous rendrez heureux les hérissons qui viendront peut-être s'y blottir à l'abri du froid.

Toujours avec les feuillus, vos pourrez, lorsque vous pratiquerez des tailles douces, plus tard, transformer les résidus de bois en BRF (bois raméal fragmenté) à déposer au pied des arbustes. Le BRF issu de résineux a tendance à acidifier le sol, à terme.

Un arbre doit être bien choisi

Lorsque vous choisissez un arbre à planter, il ne suffit pas de s'arrêter sur celui qui vous semble le plus joli en regardant la photo de l'étiquette. Alliez le raisonnable à l'esthétique : assurez-vous de tenir compte du climat local, du type de sol, de l'espace nécessaire à moyen ou long terme, afin d'assurer sa croissance et son développement sain.

Si l'arbre en conteneur peut être planté plus facilement à tout moment de l'année, hors période de gel, l'automne reste la saison idéale pour planter un arbre en racines nues, en motte ou en conteneur.

Pour un petit jardin, mieux vaut opter pour un arbre au port colonnaire ou fastigié, il sera comme un phare visible de loin, mais l'ombre offerte sera restreinte ; sinon, vous pouvez opter pour des grands arbustes qui sont comme des petits arbres de 4 à 5 m maximum avec un tronc au diamètre faible, ils trouvent une belle place dans des massifs arbustifs.

  • Quelques essences adaptées aux petits jardins : arbre de Judée (Cercis siliquastrum), aubépine (Crataegus laevigata), pommier (Malus communis), savonnier (Koelreuteria paniculata), érable de Montpellier (Acer monspessulanum)...

Pour un grand jardin, vous pouvez opter pour des arbres de grande taille, en ne les serrant pas trop malgré tout (idéalement 150m²/arbre), et surtout en les gardant suffisamment éloignés des ouvertures de la maison afin qu'ils ne fassent pas trop d'ombre et diminuent la lumière naturelle intérieure.

  • Quelques essences adaptées aux grands jardins : chêne vert (Quercus ilex), albizia (Albizia julibrissin), érable champêtre (Acer campestre), frêne (Frexinus excelsior), micocoulier d'Europe (Celtis australis), mûrier blanc (Morus alba), pin parasol (Pinus pinea)...

Feuillage persistant ou caduc ? Les conifères au feuillage persistant n'ont plus la cote pour la plupart d'entre eux. Ces arbres souvent allergisants comme le cyprès (Cupressus sempervirens) ont tendance à acidifier le sol le rendant difficile à cultiver pour autre chose, et puis surtout ils supportent très mal les épisodes de sécheresse qui les font sécher sans récupération possible, lorsqu'ils ne sont pas l'objet du brunissement des conifères. Si vous cherchez à garder une opacité, mieux vaut opter pour un hêtre au feuillage marcescent par exemple, c’est-à-dire qu'il va garder ses feuilles sèches tout l'hiver jusqu'à l'apparition des nouvelles. Sa contribution pour la biodiversité et l'environnement se montre beaucoup plus généreuse.

Optez pour des essences d'arbres indigènes mais renseignez-vous aussi sur celles qui sont dorénavant recommandées dans votre région pour affronter le dérèglement climatique. Par exemple, aujourd'hui, le chêne pubescent (Quercus pubescens) qui ne poussait que dans la moitié sud de la France devient adapté plus au nord à cause des épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents. Il en va de même pour le pin maritime (Pinus pinaster) ou l'érable de Montpellier (Acer monspessulanum)…

Faire preuve de patience en achetant un arbre de petite taille a de nombreux avantages parmi lesquels celui de s'installer beaucoup plus solidement qu'un arbre planté d'une taille de 2 à 3m. Il résistera bien mieux aux vents forts d'une tempête par exemple. Et votre porte-monnaie vous remerciera ! Mais il convient de choisir en pépinière un arbre sain de belle allure, fléché, n'ayant pas une forme torturée, et d'en prendre soin les premières années : un arrosage régulier l'été suivant, puis chaque printemps, un peu de compost, un paillis et toujours des arrosages par temps sec au moins les deux premières années. Aucune taille ne doit être faite lors de la plantation !

On le voit, le choix et l'achat d'un arbre à planter dans son jardin ne peut pas se faire à la légère, en premier lieu parce qu'il rime avec longévité : il faut un certain nombre d'années avant d'obtenir un arbre majestueux qui nous offre tous ses atouts, mais si vous n'en profiterez pas totalement, ceux qui viendront après vous apprécieront !

Par Nathalie Guellier - Publié le 15/11/2023 - Mis à jour le 11/12/2023

Sources


Article information

Author: Kristen White

Last Updated: 1703120403

Views: 1120

Rating: 3.6 / 5 (59 voted)

Reviews: 96% of readers found this page helpful

Author information

Name: Kristen White

Birthday: 2009-01-26

Address: 1147 Nina Gateway Suite 100, Lake James, IN 09891

Phone: +4507108133412083

Job: Article Writer

Hobby: Woodworking, Camping, Amateur Radio, Puzzle Solving, Cycling, Geocaching, Coffee Roasting

Introduction: My name is Kristen White, I am a dedicated, cherished, fearless, vivid, apt, audacious, priceless person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.